DÉBUT | PLAN DU SITE | INTRANET | CONTACT |
Top 5 articles de la semaine
Nome de fois visité: 21
La Vie de Mère Espérance
Nome de fois visité: 14
Saint Benoît Cottolengo
Nome de fois visité: 13
Prière pour dans l’intercession de la Mère
Nome de fois visité: 12
Basilique
Nome de fois visité: 11
L’éveil d’une vie

Début » VENERABLE MERE ESPERANCE » La Vie de Mère Espérance » Les terribles guerres


Les terribles guerres

L’activité continue, même la plus intense, fut suscité quand en1936 la guerre civile éclata en Espagne, avec tous ses drames. A cette époque, elle fit son premier voyage à Rome, accompagnée par la très fidèle Pilar de Arratia, pour commencer là-bas aussi un travail généreux parmi les pauvres de la périphérie romaine, via Casilina.

De là, elle doit se défendre devant le Sainte Office contre des accusations et des diffamations concernant sa personne et la Congrégation récemment fondée. Pilar est son ange défenseur et son meilleur soutien en ce moment, qui est un des plus durs de sa vie.

C’est durant son séjour à Rome qu’éclate la Deuxième Guerre mondiale, et sous les bombes et menaces des allemands, avec ses Sœurs, elle reçoit des enfants, cache des fugitifs sans considérations idéologiques, soigne ceux qui ont été blessés par les bombes, donne à manger à des milliers de travailleurs et de nécessiteux sur des tables improvisées, et console tous.

L’activité caritative à Rome atteint des quotas difficilement croyables. Une fois de plus, il y a une nourriture miraculeuse en quantité industrielle pour les pauvres, les gens viennent par milliers pour prendre refuge derrière le corps de la Mère quand sonnent les alertes de menaces de bombardement, et cette femme espagnole qui tire son aiguille et du fil et dans une cuvette d’eau nettoie et lave les viscères, coud les blessures, recompose des corps mutilés, promet énergétiquement survivance et récupération.

En août 1944, Pilar meurt, laissant un énorme vide dans sa vie. Ayant surmonté cette épreuve, elle reprend les activités, les voyages, de nouvelles initiatives. L’après-guerre est dure, tant en Italie qu’en Espagne ; il y a beaucoup de blessures à guérir et elle travaille, encourage, y organise à un rythme infatigable. Pour l’Année Sainte de 1950, la maison généralice de Rome est terminée afin de pouvoir accueillir des pèlerins durant cette année et les suivantes. De nouvelles fondations naissent les unes après les autres en Italie : Todi, Gubbio, Pavie, Gène, Vazzola, Borsea, Francenigo, Pérouse, Rieti, Colfosco, Fratta Todina.



Artículos relacionados de la sección La Vie de Mère Espérance:



Saint Jean de Dieu
Saint Jean de Dieu
 
Début | Plan du site | Contact | Registration | Registre Vocational Copyright ©2008- Famille de l’Amour Miséricordieux
eXTReMe Tracker